Info, dépêche ou communiqué de presse


société :

TRANSGENE

secteur : Biotechnologie
lundi 20 mars 2017 à 17h36

Des avancées majeures en 2016 validant la stratégie de Transgene et des perspectives prometteuses pour 2017


< >
  • Déploiement du plan de développement clinique :
    • Nouvelles collaborations cliniques pour des études de combinaison avec des inhibiteurs de points de contrôle immunitaire (ICIs) avec Bristol-Myers Squibb pour TG4010 (cancer du poumon) et avec Merck KGaA/Pfizer pour TG4001 (cancer de la tête et du cou)
    • Premiers patients traités dans des études de combinaison avec des ICIs pour TG4010 (cancer du poumon) et Pexa-Vec (tumeurs solides)
  • Évolution très favorable des indicateurs financiers :
    • Réduction significative de la perte nette : 25,2 millions d'euros contre 46,4 millions d'euros en 2015
    • Augmentation de la trésorerie disponible à 56,2 millions d'euros à fin 2016, portant la visibilité financière à fin 2018
  • Accélération du plan de développement clinique qui se traduira par une actualité dense dans les 12 mois à venir

Conférence téléphonique ce jour à 18h00 (détails en fin de communiqué)

< >

Des avancées majeures en 2016 validant la stratégie de Transgene et des perspectives prometteuses pour 2017

< >

Transgene
Lucie Larguier, +33 (0)3 88 27 91 04
Directeur Communication Corporate & Relations Investisseurs
investorrelations@transgene.fr
ou
Relations Médias :
IMAGE 7

Claire Doligez/Laurence Heilbronn, +33 (0)1 53 70 74 48
cdoligez@image7.fr

< >

Regulatory News:

Transgene (Paris:TNG) (Euronext Paris : TNG), société de biotechnologie qui conçoit et développe des produits d'immunothérapie, basés sur des vecteurs viraux, pour le traitement des cancers et des maladies infectieuses, publie ses résultats financiers de l'exercice 2016 et présente ses perspectives pour 2017.

En 2016, Transgene s'est focalisé sur la mise en ?uvre de sa stratégie clinique, visant à combiner ses vaccins thérapeutiques et ses virus oncolytiques, qui stimulent le système immunitaire, avec d'autres approches d'immunothérapie, en particulier les inhibiteurs de points de contrôle immunitaire (immune checkpoint inhibitor, ICIs). Au cours des derniers mois, les données cliniques supplémentaires des ICIs ont confirmé la pertinence et le potentiel du positionnement clinique de Transgene.

Au deuxième semestre de 2016, Transgene a signé deux accords de collaboration clinique associant ses immunothérapies et des ICIs :

  • pour un essai clinique combinant TG4010 et le nivolumab (ICI) en 2ème ligne de traitement du cancer du poumon avancé, avec la participation Bristol-Myers Squibb ;
  • pour un essai associant TG4001 avec l'avelumab (ICI) pour le traitement des cancers de la tête et du cou, avec la participation de Merck KGaA et Pfizer .

Plusieurs essais cliniques visant à confirmer le potentiel de l'association des approches de Transgene avec les ICIs ont récemment démarré ou sont en cours d'initialisation, de façon à produire des premiers résultats cliniques à partir de la fin de 2017.

Au cours de l'exercice 2016, la Société a renforcé sa structure financière pour mener à bien son programme clinique jusqu'à fin 2018. Transgene a aussi pu compter sur :

  • l'obtention d'un prêt consenti par la Banque Européenne d'Investissement (BEI) à hauteur de 20 millions d'euros (dont 10 millions d'euros ont été tirés en juin 2016) ;
  • la réussite d'une augmentation de capital de 46,4 millions d'euros en novembre 2016 ; et
  • la réduction significative de la perte nette à 25,2 millions d'euros contre 46,4 millions d'euros en 2015.

En parallèle, Transgene a finalisé son projet de réorganisation et peut se focaliser pleinement sur la recherche et le développement clinique (R&D). Cette réorganisation a notamment conduit à la cession de son site de production à ABL Europe, entité du groupe Mérieux, pour 3,5 millions d'euros.

Philippe Archinard, Président-Directeur Général de Transgene, ajoute : « Fort des avancées de 2016, Transgene confirme sa place d'acteur reconnu en immunothérapie. Notre portefeuille de produits, nos collaborations cliniques et notre position de trésorerie nous permettent de disposer des atouts nécessaires pour dérouler notre stratégie clinique et concrétiser des partenariats structurants avec des acteurs de l'industrie pharmaceutique. Notre news flow sera très riche dans les mois à venir. Nous sommes impatients de pouvoir démontrer le potentiel de nos approches thérapeutiques et apporter ainsi un bénéfice clinique aux patients atteints de maladies sévères et en attente de meilleurs traitements ».

Revue du portefeuille de produits

1. Vaccins thérapeutiques

TG4010 dans le traitement du cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) non épidermoïde à un stade avancé

TG4010 est un vaccin thérapeutique qui induit une réponse immunitaire contre les cellules tumorales exprimant MUC1. Il est développé dans le cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) non épidermoïde (cancer du poumon le plus fréquent chez les fumeurs et les non-fumeurs). Le mécanisme d'action de TG4010 et son excellent profil de sécurité en font un candidat de choix pour les combinaisons avec d'autres thérapies.

Le plan de développement de TG4010 sera concentré sur des études de Phase 2, pouvant générer, dans les 9 à 18 mois à venir, un ensemble de données complet et cohérent dans les deux lignes de traitement.

Les essais cliniques ont pour objectif de confirmer les synergies de la combinaison d'un vaccin thérapeutique et d'un ICI. Les résultats attendus sont notamment l'amélioration du taux, de la qualité et de la durée de la réponse aux traitements standards actuels ou futurs.

TG4010
+ Opdivo® (ICI)
(nivolumab)
Phase 2

 

 

Cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) ? 2ème ligne

 

  • Essai de TG4010 en combinaison avec Opdivo®, mené par le UC Davis Medical Center (États-Unis) avec le soutien de Bristol-Myers Squibb (mise à disposition du nivolumab)
  • Premier patient traité (NCT02823990) en mars 2017, pour des premiers résultats attendus à partir de fin 2017

TG4010
+ ICI
+ chimiothérapie
Phase 2

 

Cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) ? 1ère ligne

 

  • Préparation d'un essai clinique de Phase 2 combinant TG4010, un ICI et la chimiothérapie chez des patients dont les cellules tumorales expriment peu ou pas PD-L1
  • Discussion en cours avec un partenaire pour un accord de collaboration clinique
  • Premier patient attendu fin 2017

TG4001 : étude en combinaison avec l'avelumab, accord de collaboration avec Merck KGaA et Pfizer

TG4001 est un vaccin thérapeutique qui a déjà été administré à plus de 300 patientes présentant des néoplasies cervicales intraépithéliales (CIN 2/3). Ce produit a montré une bonne tolérance, une élimination du virus HPV significative et des résultats d'efficacité prometteurs. Son mécanisme d'action et son excellent profil de sécurité font de TG4001 un candidat pertinent pour les combinaisons avec d'autres thérapies telles que l'avelumab un ICI de type anti-PD-L1.

TG4001
+ avelumab (ICI)
Phase 1/2

 

Cancers de la tête et du cou positifs au virus HPV ? 2ème ligne

 

  • Signature d'un accord de collaboration clinique avec Merck KGaA et Pfizer, qui mettent l'avelumab à disposition de Transgene
  • Traitement du premier patient attendu sur S2 2017
  • Prof. Christophe Le Tourneau, Institut Curie, investigateur principal

TG1050 : poursuite du recrutement de l'étude de Phase 1/1b, résultats attendus au S2 2017

TG1050 est un vaccin thérapeutique pour le traitement de l'hépatite B chronique. Transgene a initié, en 2015, une étude clinique (NCT02428400) destinée à évaluer la sécurité et la tolérance de TG1050 chez des patients atteints d'infection à VHB chronique, en cours de traitement antiviral standard. La technologie de TG1050 fait aussi l'objet d'un développement en Chine, via la joint-venture de Transgene avec Tasly Biopharmaceutical Technology.

TG1050
+ traitement
antiviral
de référence
Phase 1/1b

 

  Hépatite B chronique

 

  • Poursuite de l'étude de Phase 1/1b de TG1050 suite à la recommandation positive du Comité d'Évaluation de la Sécurité en juillet 2016
  • Premiers résultats attendus au S2 2017

2. Virus oncolytiques

Pexa-Vec : essai de Phase 3 en cours, initiation des études de Phase 2 en combinaison avec des ICIs

Pexa-Vec est un virus oncolytique conçu pour cibler et détruire directement et sélectivement les cellules cancéreuses par la réplication intracellulaire du virus (oncolyse) et la stimulation de la réponse immunitaire antitumorale. Son mécanisme d'action et son profil de sécurité en font un candidat de choix pour les combinaisons avec les inhibiteurs de points de contrôle immunitaire (ICIs).

Pexa-Vec
+ sorafenib
(PHOCUS)
Phase 3

 

  Cancer du foie avancé (carcinome hépatocellulaire) ? 1ère ligne

 

  • Inclusion du 1er patient (janvier 2016)
  • Recrutement en ligne avec les projections, traitement du 1er patient en Europe attendu très prochainement
  • Essai clinique piloté par SillaJen, Inc. partenaire de Transgene
  • Premières données attendues en 2019

Pexa-Vec
+ nivolumab (ICI)
Phase 2

 

Cancer du foie avancé (carcinome hépatocellulaire) ? 1ère ligne

 

  • Traitement du 1er patient attendu au T2 2017

Pexa-Vec
+ ipilimumab (ICI)
Phase 1

 

Tumeurs solides

 

  • Traitement du 1er patient de l'essai clinique évaluant la tolérance et l'efficacité de la combinaison administrée par la voie intratumorale en février 2017
  • Centre Léon Bérard, promoteur de l'étude (NCT02977156)
  • Premiers résultats attendus à partir de la fin 2017

TG6002 : préparation du premier essai chez l'Homme

Nouvelle génération d'immunothérapie oncolytique, TG6002 a été conçu pour induire la destruction des cellules cancéreuses (oncolyse) et pour exprimer le gène FCU1 dans les cellules tumorales qu'il a infectées. L'expression de ce gène permet de produire, dans la tumeur, du 5-FU, une chimiothérapie couramment utilisée. TG6002 a le potentiel d'être utilisé en combinaison avec les traitements conventionnels ou bien seul dans le cadre de cancers résistants à ces traitements.

TG6002
Phase 1

 

  Glioblastome

 

  • Préparation de l'étude avec l'AP-HP (Pr Delattre investigateur principal), avec le soutien de l'INCA
  • Démarrage de l'étude confirmé au T2 2017

3. Recherche et portefeuille préclinique

2016 a également été une année riche en réalisations pour les équipes de recherche préclinique. Une nouvelle génération de virus oncolytiques armés est en cours de développement. Ils peuvent être armés à l'aide d'ICIs et/ou de différentes fonctionnalités qui modulent le micro-environnement tumoral. Ces nouvelles modalités thérapeutiques permettent de modifier les interactions cellulaires au sein de la tumeur pour favoriser l'efficacité des traitements.

À titre d'exemple, un brevet clef a été déposé pour un Vaccinia Virus oncolytique exprimant un anticorps anti-PD1. Un poster a également été présenté, en avril 2016, au congrès annuel de l'AACR (American Association for Cancer Research). Il a été particulièrement remarqué, et apporte ainsi la preuve de notre capacité à concevoir des virus avancés et multifonctionnels.

Corporate

  • Finalisation de la réorganisation de la société et cession de l'unité de production à ABL Europe pour 3,5 millions d'euros. Les économies récurrentes induites sont de l'ordre de 15 millions d'euros par an.
  • Renforcement de l'équipe de direction : arrivée de Maud Brandely (MD, PhD) en tant que Directeur du Développement clinique, des Opérations cliniques et des Affaires réglementaires et de John Felitti, Docteur en droit, comme Secrétaire général et Directeur juridique.

Principaux éléments financiers de l'exercice 2016

  • Consommation nette de trésorerie de 30,6 millions d'euros, dont 5 millions d'euros de dépenses liées au PSE, contre 34,8 millions d'euros en 2015. Elle est inférieure aux prévisions en raison du décalage sur début 2017 d'un paiement d'étape de 4 millions de dollars à SillaJen.
  • 56,2 millions d'euros de trésorerie disponible au 31 décembre 2016, contre 31,7 millions d'euros à fin 2015, grâce notamment à l'encaissement de la 1ère tranche du prêt de la BEI pour 10,0 millions d'euros et au produit net de l'augmentation de capital de 45,2 millions d'euros.
  • 33,0 millions d'euros de charges opérationnelles nettes en 2016, contre 45,8 millions d'euros en 2015.
  • 25,2 millions de perte nette globale en 2016, contre une perte de 46,4 millions d'euros en 2015.

« Les résultats de cet exercice 2016 reflètent pleinement la finalisation de la réorganisation de la société opérée depuis 2015, avec une réduction significative de nos coûts de fonctionnement et une diminution de notre perte nette globale de 46% par rapport à 2015. Cette réduction de nos coûts fixes nous permet désormais d'affecter une part plus importante de nos ressources financières à nos programmes stratégiques en clinique et préclinique », commente Jean-Philippe Del, Directeur Financier de Transgene.

Les états financiers de l'exercice 2016 ainsi que les commentaires et l'analyse de la direction sont joints au présent communiqué (annexes A et B).

Perspectives financières 2017

La Société prévoit une consommation de trésorerie de l'ordre de 30 millions d'euros sur l'année 2017. Elle tient compte de l'augmentation des dépenses cliniques liée au lancement de nombreuses études en 2017, et de la confirmation de la réduction significative des coûts de structure depuis 2015.

La Société rappelle qu'elle bénéficie toujours de financements complémentaires actionnables à hauteur de 10 millions d'euros sur 2017, avec la seconde tranche du prêt de la BEI.

Transgene organisera un « R&D Day », en anglais, le 22 juin 2017, avec la participation de plusieurs scientifiques et cliniciens de renommée internationale.

Le Conseil d'administration de Transgene, présidé par Philippe Archinard, s'est réuni le 17 mars 2017 et a arrêté les comptes au 31 décembre 2016 publiés ce jour. Les états financiers ont fait l'objet d'un examen des Commissaires aux Comptes et les rapports de certification sont en cours d'émission. Le rapport financier annuel complet compris dans le document de référence sera disponible courant avril 2017 sur le site internet de Transgene, www.transgene.fr.

Une conférence téléphonique en anglais aura lieu le 20 mars à 18h00 CET.

Lien webcast vers la conférence en anglais :
http://edge.media-server.com/m/p/s3ysrdo7

 

Numéro de téléphone pour les participants :

 

France : +33 (0)1 76 77 22 26
Royaume-Uni : +44 (0)20 3427 1917
États-Unis : +1646 254 3360
Code de confirmation : 6000739

 

Un enregistrement audio sera également disponible sur le site internet de la société : www.transgene.fr après la conférence.

À propos de Transgene
Transgene (Euronext : TNG), qui fait partie de l'Institut Mérieux, est une société de biotechnologie qui conçoit et développe des produits d'immunothérapie ciblée contre les cancers et les maladies infectieuses. Ces produits utilisent des vecteurs viraux pour détruire directement ou indirectement les cellules infectées ou cancéreuses. Transgene a deux produits principaux en développement clinique : TG4010, un vaccin thérapeutique contre le cancer du poumon non à petites cellules et Pexa-Vec, un virus oncolytique contre le cancer du foie. La Société a également plusieurs autres programmes en recherche et en développement préclinique et clinique basés sur sa technologie des vecteurs viraux, dont TG4001. Transgene est basée à Strasbourg et a des activités opérationnelles à Lyon et une joint-venture en Chine. Plus d'informations sur www.transgene.fr.

Suivez-nous sur Twitter : @TransgeneSA

Déclarations prospectives
Ce communiqué de presse contient des informations et/ou déclarations prospectives de Transgene concernant sa situation financière, y compris sa consommation de trésorerie. Bien que la Société considère que ces informations et projections sont fondées sur des hypothèses raisonnables, elles peuvent être remises en cause par un certain nombre d'aléas et d'incertitudes, de sorte que les résultats effectifs pourraient différer significativement de ceux anticipés et pourraient avoir un impact négatif significatif sur les activités de la Société, ses perspectives, sa situation financière, ses résultats ou ses développements. La capacité de la Société à commercialiser ses produits est soumise notamment, mais pas exclusivement, aux facteurs suivants : la reproduction chez l'homme de résultats précliniques positifs ; la réussite d'essais cliniques, la capacité à obtenir des financements et/ou des partenariats pour le développement et la commercialisation des produits, et l'obtention des autorisations réglementaires de mise sur le marché. Pour une description des risques et incertitudes de nature à affecter les résultats, la situation financière, les performances ou les réalisations de la Société et ainsi à entraîner une variation par rapport aux déclarations prospectives, veuillez-vous référer à la section « Facteurs de Risque » du Document de Référence et de son Actualisation déposés auprès de l'AMF et disponibles sur les sites internet de l'AMF (www.amf-france.org) et de la Société (www.transgene.fr).

Opdivo® est une marque déposée de Bristol-Myers Squibb Company.

Annexe A : États financiers 2016

BILAN CONSOLIDÉ, IFRS

(en milliers d'euros)

Actif   31/12/2016   31/12/2015
ACTIF COURANT        
Trésorerie et équivalents de trésorerie   4 855   3 285
Autres actifs financiers courants   51 352   28 365
Trésorerie, équivalents de trésorerie et autres actifs financiers courants   56 207   31 650
Créances clients   2 385   1 784
Stocks   221   1 164
Autres actifs courants   15 242   12 930
Actifs détenus et destinés à la vente   -   3 500
Total actif courant   74 055   51 028
ACTIF NON COURANT        
Immobilisations corporelles   14 580   16 559
Immobilisations incorporelles   423   485
Actifs financiers   5 023   4 050
Titres de participation mis en équivalence   3 923   1 148
Autres actifs non courants   24 946   27 599
Total actif non courant   48 895   49 841
TOTAL ACTIF   122 950   100 869
Passif et capitaux propres   31/12/2016   31/12/2015
PASSIF COURANT        
Fournisseurs   4 504   6 521
Passifs financiers   10 198   9 396
Provisions pour risques   1 456   7 038
Autres passifs courants   3 761   3 770
Total passif courant   19 919   26 725
PASSIF NON COURANT        
Passifs financiers   52 803   44 401
Avantages au personnel   3 725   3 196
Autres passifs non courants   -   -
Total passif non courant   56 528   47 597
Total passif   76 447   74 322
CAPITAUX PROPRES        
Capital   56 432   88 196
Prime d'émission et réserves   504 258   476 788
Report à nouveau   (487 987)   (491 263)
Résultat de l'exercice   (25 207)   (46 374)
Autres éléments du résultat global   (983)   (800)
Total des capitaux propres revenant aux actionnaires de la Société   46 503   26 547
TOTAL PASSIF ET CAPITAUX PROPRES   122 950   100 869

COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ, IFRS

(en milliers d'euros, sauf pour les données par action)

    31/12/2016   31/12/2015
Revenus des accords de collaboration et de licence   2 346   1 465
Financements publics de dépenses de recherche   6 382   8 100
Autres produits   1 583   384
Produits opérationnels   10 311   9 949
Dépenses de recherche et développement   (26 419)   (32 138)
Frais généraux   (6 236)   (5 798)
Autres charges   (320)   (7 819)
Charges opérationnelles nettes   (32 975)   (45 755)
Résultat opérationnel sur activités poursuivies   (22 664)   (35 807)
Produits financiers (charges), net   (602)   (930)
Quote-part de résultat des sociétés mises en équivalence   (917)   (1 172)
Résultat avant impôt   (24 183)   (37 909)
Charge d'impôt sur le résultat   -   -
Résultat net sur activités poursuivies   (24 183)   (37 909)
Résultat net sur activités abandonnées   (1 024)   (8 465)
RÉSULTAT NET   (25 207)   (46 374)
Résultat net par action (€) ? de base   (0,45)   (1,20)
Résultat net par action (€) ? dilué   (0,45)   (1,20)

TABLEAU DE FLUX DE TRÉSORERIE, IFRS

(en milliers d'euros)

(en milliers d'euros)   31/12/2016   31/12/2015
Flux de trésorerie liés à l'activité        
Résultat net sur activités abandonnées   (24 183)   (37 909)
Résultat net sur activités poursuivies   (1 024)   (8 465)
Annulation du résultat financier   602   930
Élimination des éléments non monétaires        
Résultat des sociétés mises en équivalence   917   1 172
Provisions   (8 247)   8 697
Amortissements   2 267   2 636
Paiements en actions   266   462
Autres   5 038   11

Trésorerie nette absorbée par les opérations avant variation du besoin
en fonds de roulement et autres éléments opérationnels

  (24 364)   (32 466)
   
Variation des besoins en fonds de roulement d'exploitation        
Créances courantes et charges constatées d'avance   (3 182)   73
Stocks et travaux en cours   942   (14)
Crédit d'impôt recherche   (6 425)   (8 532)
Cession d'actifs destinés à la vente   2 000   -
Autres actifs courants   (524)   (2 150)
Fournisseurs   (2 022)   (1 685)
Produits constatés d'avance   (479)   461
Avantages au personnel   526   (841)
Autres passifs courants   (57)   2
Trésorerie nette absorbée par les opérations   (33 585)   (45 152)
Flux de trésorerie liés aux activités d'investissement        
(Acquisitions) / cessions d'immobilisations corporelles   (27)   (1 527)
(Acquisitions) / cessions d'immobilisations incorporelles   (20)   -
Autres (acquisitions) / cessions   (2 020)   3 843
Trésorerie nette absorbée par les activités d'investissement   (2 067)   2 316
Flux de trésorerie liés aux activités de financement        
Résultat financier net encaissé   (283)   (165)
Produit brut de l'émission d'actions   46 300   477
Frais d'émission d'actions   (1 220)   -
Financements publics conditionnés   (180)   923
(Acquisitions) / cession d'autres actifs financiers   (22 933)   34 176
Montant net reçu sur financement de crédits d'impôt   6 761   8 209
Emprunt bancaire   10 000   -
Locations financières   (1 223)   (1 040)
Trésorerie nette provenant des / (absorbée par les) activités de financement   37 222   42 580
Écarts de change sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie   -   28
Augmentation / (diminution) nette de la trésorerie et des équivalents de trésorerie   1 570   (228)
Trésorerie et équivalents de trésorerie à l'ouverture   3 285   3 513
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture   4 855   3 285
Investissements dans les autres actifs financiers courants   51 351   28 365
Trésorerie, équivalents de trésorerie et autres actifs financiers courants   56 206   31 650

Annexe B : Discussion sur les résultats 2016

Produits d'exploitation

Durant les périodes sous revue, les revenus des accords de collaboration et de licence ont essentiellement compris les éléments suivants :

? des prestations de recherche et développement pour des tiers qui se sont élevées à 0,5 million d'euros en 2016 (0,8 million d'euros en 2015) ; et

? des revenus liés à l'exploitation commerciale de technologies ou produits donnés en licence par Transgene SA, qui se sont élevés à 1,8 million d'euros en 2016 (0,7 million d'euros en 2015). Ils correspondent principalement en 2016 à une rémunération complémentaire de 1,3 million d'euros versée par Sanofi Chimie au titre d'un contrat de collaboration datant de 1991.

Au 31 décembre 2016, les financements publics de dépenses de recherche correspondent au crédit d'impôt recherche ainsi qu'aux subventions reçues et à recevoir :

  • le crédit d'impôt recherche (CIR) s'est établi à 6,3 millions d'euros en 2016 (7,9 millions d'euros en 2015). Les bases de dépenses éligibles (nettes de subventions perçues au cours de l'exercice fiscal) se sont élevées à 21,3 millions d'euros en 2016, contre 25,8 millions d'euros en 2015.
  • les subventions de recherche se sont élevées à 0,1 million d'euros en 2016 (0,2 million d'euros en 2015).

Charges opérationnelles

Les dépenses de recherche et développement (« R&D ») se sont élevées à 26,4 millions d'euros en 2016, contre 32,1 millions d'euros en 2015. Cette diminution de 18% est principalement liée à l'impact de la réorganisation de la société décidée en 2015, avec une réduction des effectifs et des coûts de fonctionnement.

Le tableau suivant détaille les dépenses de recherche et développement par nature de charge :

(en millions d'euros)   31/12/2016   31/12/2015   Variation
Dépenses de personnel   10,8   14,6   -26%
Paiements en actions   0,1   0,3   -67%
Dépenses de propriété intellectuelle et coûts des licences   1,1   1,5   -27%
Dépenses externes sur projets cliniques   5,0   4,2   +19%
Dépenses externes sur autres projets   3,8   4,4   -14%
Dépenses de fonctionnement   4,1   5,1   -20%
Amortissements et provisions   1,5   2,0   -25%
DÉPENSES DE RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT   26,4   32,1   -18%

Les dépenses de personnel affecté à la R&D (salaires, charges et dépenses associées) se sont élevées à 10,8 millions d'euros en 2016, contre 14,6 millions d'euros en 2015. Cette baisse de 26% s'explique essentiellement par la diminution des effectifs suite au Plan de Sauvegarde de l'Emploi (PSE) initié par la Société en 2015, notamment au niveau des activités de développement préindustriel.

Les dépenses de propriété intellectuelle et les coûts des licences se sont élevés à 1,1 million d'euros en 2016, contre 1,5 million d'euros en 2015.

Les dépenses externes pour les essais cliniques se sont élevées à 5,0 millions d'euros en 2016, contre 4,2 millions d'euros en 2015. Cette augmentation est notamment liée aux études avec TG4010 (1,6 million d'euros en 2016 contre 1,0 million d'euros en 2015) et Pexa-Vec (2,4 millions d'euros en 2016 contre 2,3 millions d'euros en 2015).

Les autres dépenses externes, dont les dépenses sur projets de recherche et précliniques ainsi que les dépenses sur projets industriels, se sont élevées à 3,8 millions d'euros en 2016 contre 4,4 millions d'euros en 2015. Suite à la cession de l'unité de production, la Société sous-traite désormais la production des lots cliniques, notamment à ABL Europe, le repreneur du site d'Illkirch en février 2016. Cette sous-traitance de production a représenté 1,2 million d'euros en 2016. Par ailleurs, les dépenses liées à la construction de l'unité de production de lots commerciaux avec Sanofi/Genzyme ont diminué (0,5 million d'euros en 2016 contre 2,0 millions d'euros en 2015), en raison de la fin des travaux et de l'entrée en phase de validation du site. On note également l'absence de coûts d'études de toxicologie en 2016 pour les produits TG1050 et TG6002 (contre 0,4 million d'euros en 2015).

Les dépenses de fonctionnement, dont le coût de fonctionnement des laboratoires de recherche, se sont élevées à 4,1 millions d'euros en 2016, contre 5,1 millions d'euros en 2015, soit une baisse de 20%, comme attendu suite à la réorganisation de la Société.

Les frais généraux se sont élevés à 6,2 millions d'euros en 2016, contre 5,8 millions d'euros en 2015.

Le tableau suivant détaille les frais généraux par nature de charge :

En millions d'euros   31/12/2016   31/12/2015   Variation
Dépenses de personnel   3,8   2,9   +31%
Paiements en actions   0,1   0,1   N/S
Honoraires et frais de gestion   1,5   1,7   -12%
Autres frais généraux   0,7   1,0   -30%
Amortissements et provisions   0,1   0,1   N/S
FRAIS GÉNÉRAUX   6,2   5,8   +7%

Les dépenses de personnel se sont élevées à 3,8 millions d'euros en 2016, contre 2,9 millions d'euros en 2015. Cette augmentation s'explique principalement par le rattachement du Président-Directeur Général à l'entité en année pleine en 2016.

Les honoraires et frais de gestion se sont élevés à 1,5 million d'euros en 2016, contre 1,7 million d'euros en 2015.

Autres produits et charges

Les autres produits se sont élevés à 1,6 million d'euros en 2016, contre 0,4 million d'euros en 2015. En décembre 2016, la Société a participé à l'augmentation de capital de Transgene Tasly (Tianjin) BioPharmaceutical Co. Ltd. Cette augmentation, réalisée pour moitié en numéraire et pour moitié en apport en nature, a généré un produit exceptionnel de 1,2 million d'euros sur l'apport des droits pour la Chine du produit TG6002 à cette société.

Les autres charges se sont élevées à 0,3 million d'euros en 2016, contre 7,8 millions d'euros en 2015. La décision en juin 2015 d'initier un projet de restructuration de la Société avait conduit à enregistrer un coût net de restructuration de 7,5 millions d'euros en 2015.

Résultat financier

Le résultat financier s'est soldé par une perte nette de 0,6 million d'euros en 2016 (0,9 million d'euros en 2015).

Les produits financiers (produits de placement) se sont élevés à 0,9 million d'euros sur l'année 2016 (0,5 million d'euros en 2015) et correspondent principalement à la revalorisation des actifs liés à la cession des titres de Jennerex, Inc. à la société SillaJen, Inc. en 2014.

Les charges financières se sont élevées à 1,5 million d'euros en 2016 (1,4 million d'euros en 2015). Les principales charges financières ont concerné les intérêts bancaires sur le prêt reçu de la BEI pour 0,4 million d'euros, le coût de l'actualisation financière des avances reçues par Bpifrance sur le programme ADNA pour 0,6 million d'euros et les intérêts sur les locations financières pour 0,2 million d'euros.

Résultat net sur activités

La perte nette sur activités s'est élevée à 24,2 millions d'euros en 2016, contre 37,9 millions d'euros en 2015, soit une réduction de 36%.

Résultat net sur activités abandonnées

La perte nette sur les activités de production abandonnées s'est élevée à 1,0 million en 2016, contre 8,5 millions d'euros sur la même période en 2015. Le site de production a été cédé le 1er février 2016 à ABL Europe SAS pour 3,5 millions d'euros.

Résultat net global

La perte nette globale s'est élevée à 25,2 millions d'euros en 2016, contre 46,4 millions d'euros en 2015, soit une réduction de 46%.

La perte nette par action ressortait à 0,45 euro en 2016 (1,20 euro en 2015).

Investissements

Les investissements corporels et incorporels (nets de cessions) se sont élevés à 0,1 million d'euros en 2016 (1,4 million d'euros en 2015).

Emprunts et avances remboursables

En 2016, la Société n'a pas perçu d'avance remboursable.

Transgene a mobilisé en 2016 sa créance de crédit d'impôt recherche 2015, d'un montant de 7,8 millions d'euros. La Société a pour cela utilisé un financement bancaire auprès de Bpifrance, avec une maturité à mi-2019, date de remboursement prévisionnel de la créance par l'État français.

Le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) a également été préfinancé en 2016 pour un montant de 0,1 million d'euros auprès de Bpifrance (maturité mi-2019).

En juin 2016, Transgene a tiré la première tranche du prêt octroyé par la Banque Européenne d'Investissement (BEI) en janvier de la même année. Ce premier tirage de 10 millions d'euros, sur les 20 millions disponibles, sera remboursable en 2021 et les intérêts cumulés, payables à partir de 2019.

Liquidités et ressources en capital

La trésorerie est investie dans des fonds communs de placement monétaires à très court terme ou placée à des conditions de marché dans un pool de trésorerie organisé par l'actionnaire majoritaire de Transgene, l'Institut Mérieux.

Au 31 décembre 2016, la Société disposait de 56,2 millions d'euros de trésorerie disponible, contre 31,7 millions d'euros au 31 décembre 2015.

À la date du présent document, la Société n'a pas de dette bancaire assortie de « covenants ».

Consommation de trésorerie

Hors augmentation de capital et encaissement du prêt de la BEI, la consommation de trésorerie de la Société s'est élevée à 30,6 millions d'euros en 2016, contre 34,8 millions d'euros en 2015.

Événements postérieurs à la clôture

Néant.

Copyright Business Wire 2017
© 2002-2017 BOURSICA.COM, tous droits réservés.

Bourse, conseils, infos et forums

Par la consultation de ce site, vous acceptez nos conditions (voir ici)

Page affichée jeudi 27 juillet 2017 à 10h49m27