Info, dépêche ou communiqué de presse


mercredi 28 juin 2017 à 11h41

Une nouvelle étude de la GSMA révèle que la Chine et l'Inde représenteront la moitié de tous les nouveaux abonnés aux services mobiles à l'horizon 2020


< >

L'économie des services mobiles de la région Asie-Pacifique est évaluée à 1,3 trillion de dollars ? soit 5,2 pour cent du PIB

< >

Une nouvelle étude de la GSMA révèle que la Chine et l'Inde représenteront la moitié de tous les nouveaux abonnés aux services mobiles à l'horizon 2020

< >

Contacts médias:
Pour la GSMA
Chloe Lee/ Yan Zhao
+86 10 8569 9928 / +86 10 8569 9901
CLee4@webershandwick.com / yzhao@webershandwick.com
ou
Ava Lau
+852 2533 9928
alau@webershandwick.com
ou
Clare Fenny
+44 20 7067 0749
CFenny@webershandwick.com
ou
Service presse GSMA
pressoffice@gsma.com

< >

La Chine et l'Inde représenteront plus de la moitié de tous les nouveaux abonnés aux services mobiles dans le monde entier d'ici à la fin de la décennie, selon une nouvelle étude de la GSMA. L'édition 2017 du rapport de la GSMA "Mobile Economy: Asia Pacific", publié aujourd'hui à l'occasion du Mobile World Congress Shanghai, prévoit que l'Inde représentera 27 pour cent (206 millions) et la Chine 21 pour cent (155 millions) du nombre des nouveaux abonnés aux services mobiles (environ 753 millions) au niveau mondial d'ici à la fin 2020. Dans l'ensemble de la région Asie-Pacifique, le nombre des abonnés aux services mobiles 1 devrait passer de 2,7 milliards d'abonnés uniques fin 2016 à 3,1 milliards en 2020, soit les deux tiers de la croissance mondiale. Le rapport met également en évidence comment le secteur des services mobiles de la région apportera une contribution croissante à l'économie et au développement social de l'Asie pendant cette période ? et jouera également un rôle pionnier pour la 5G.

"Entraîné par l'Inde et la Chine, le secteur des services mobiles de l'Asie sera le principal moteur de la croissance mondiale du nombre d'abonnés pour le restant de la décennie, connectant près d'un demi-milliard de nouveaux clients dans l'ensemble de la région d'ici à 2020 », a déclaré Mats Granryd, directeur général de la GSMA. « Nous observons également une transition spectaculaire vers les réseaux haut débit mobiles, en particulier la 4G, qui fournit une plateforme pour une vaste gamme de nouveaux services innovants à la fois dans les marchés développés et dans les marchés émergents de la région. En parallèle, les opérateurs avancés de l'Asie sont sur le point de devenir parmi les premiers au monde à lancer des réseaux commerciaux 5G avant la fin de la décennie."

L'Asie est en tête de la transition vers la 5G

La croissance du nombre des abonnés dans la région Asie-Pacifique signifiera que la pénétration des services mobiles dans la région (en pourcentage de la population) passera de 66 pour cent en 2016 à 75 pour cent en 2020. Néanmoins, compte tenu de la nature diverse de la région, les taux de pénétration des services mobiles présentent d'importantes variations. C'est en Asie que l'on trouve quatre des cinq marchés les plus pénétrés du monde (Hong Kong, Japon, Singapour et Taïwan), mais également certains des moins pénétrés, comme la Corée du Nord.

Le haut débit mobile (la 3G et au-dessus) est désormais la technologie dominante de la région, car il a représenté plus de la moitié des connexions pour la première fois l'an dernier. L'étude fait remarquer que les marchés asiatiques tels que la Chine, le Japon et la Corée du Sud entraînent le développement des technologies mobiles de la 5G. On prévoit que les connexions 5G (hors internet des objets) atteindront 670 millions en Asie-Pacifique d'ici à 2025, soit un petit peu moins de 60 pour cent des connexions 5G mondiales à cette date.

Le mobile entraîne la croissance économique et favorise la réalisation des ODD

La contribution des technologies et services mobiles a représenté 1,3 trillion USD pour l'économie de la région Asie-Pacifique l'an dernier, soit 5,2 pour cent du produit intérieur brut (PIB)2 de la région. Cette contribution devrait atteindre 1,6 trillion USD (5,4 pour cent du PIB) en 2020, au fur et à mesure que les pays bénéficieront des améliorations de productivité et d'efficacité apportées par l'engouement croissant pour les services mobiles et l'adoption de nouvelles technologies mobiles telles que la M2M (machine à machine).

L'écosystème mobile de l'Asie a également soutenu environ 16 millions d'emplois en 2016, directement et indirectement, et a apporté une contribution substantielle au financement du secteur public. On estime que la contribution fiscale de l'écosystème aux finances publiques des gouvernements de la région a été d'environ 166 milliards USD l'an dernier.

Le rapport souligne qu'une évolution majeure du comportement des consommateurs est en cours en Asie-Pacifique, déclenchée par l'adoption en hausse des smartphones et de l'internet mobile, une amélioration de l'accessibilité ainsi que la disponibilité croissante de contenus adaptés aux contextes locaux. Ceci a entraîné un essor des services mobiles dans des domaines tels que la vidéo, les médias sociaux, l'e-commerce et les services financiers. La pénétration de l'internet mobile en Asie-Pacifique a doublé au cours des cinq dernières années, atteignant environ la moitié de la population régionale fin 2016.

Le secteur des communications mobiles joue également un rôle clé pour relever divers défis économiques et sociaux, comme cela a été mis en évidence par les objectifs des Nations Unies pour le développement durable (ODD) 3. Le rapport met en relief plusieurs études de cas dans lesquelles les services mobiles contribuent à l'élimination de la pauvreté, à l'amélioration de la santé, de l'éducation, de l'égalité entre les femmes et les hommes et des opportunités d'emploi, favorisent la sécurité urbaine et aident à aborder la question des changements climatiques et d'autres problèmes.

"L'écosystème mobile de l'Asie évolue rapidement, ce qui se traduit par l'émergence de nouveaux services et de nouvelles applications qui transforment la manière dont les citoyens de cette région diverse vivent, travaillent, se divertissent et communiquent », a ajouté Mats Granryd. "Pour mettre pleinement à profit la puissance du mobile en vue d'apporter de la valeur ajoutée mesurable sur le plan économique, social et culturel, nous appelons les gouvernements et les décideurs à collaborer avec le secteur des communications mobiles pour développer des écosystèmes numériques dynamiques et facteurs de progrès, en s'appuyant sur des cadres réglementaires axés sur l'avenir."

Le nouveau rapport "The Mobile Economy: Asia Pacific 2017 " a été préparé par GSMA Intelligence, la division recherche de la GSMA. Pour accéder au rapport complet et aux infographies connexes, veuillez vous rendre sur le site: www.gsma.com/mobileeconomy/asiapacific/.

-FIN-

À propos de la GSMA

La GSMA représente les intérêts des opérateurs de téléphonie mobile dans le monde entier. Elle réunit près de 800 opérateurs et 300 sociétés appartenant à l'écosystème mobile élargi, dont des fabricants de téléphones et de dispositifs, des éditeurs de logiciels, des fournisseurs d'équipements, des fournisseurs de services Internet ainsi que des organismes actifs dans les secteurs connexes. La GSMA organise également les plus grands événements du secteur, tels le Mobile World Congress, le Mobile World Congress Shanghai, le Mobile World Congress Americas et les conférences Mobile 360 Series.

Pour de plus amples informations, rendez-vous sur le site de la GSMA à l'adresse www.gsma.com. Suivez la GSMA sur Twitter: @GSMA.

______________________________

1 Un abonné mobile unique représente un utilisateur pouvant disposer de plusieurs connexions SIM. Il y avait 4,2 milliards de connexions SIM dans la région Asie-Pacifique fin 2016, et ce nombre devrait atteindre 5,1 milliards d'ici à 2020.

2 La contribution au PIB comprend les contributions directes de l'écosystème (1,6 %), les contributions indirectes (0,6%) et les améliorations de productivité (3 %).

3 Les États membres des Nations Unies ont adopté un ensemble de 17 Objectifs de développement durable (ODD) en septembre 2015. Les ODD fixent un certain nombre d'objectifs, comme l'éradication de la pauvreté, la prévention des changements climatiques et la lutte contre l'injustice et les inégalités, à l'horizon 2030. http://www.gsma.com/betterfuture/

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Copyright Business Wire 2017
© 2002-2017 BOURSICA.COM, tous droits réservés.

Bourse, conseils et informations

Par la consultation de ce site, vous acceptez nos conditions (voir ici)

Page affichée lundi 18 décembre 2017 à 2h15m44