Info, dépêche ou communiqué de presse


mercredi 11 octobre 2017 à 0h19

Qu'est-ce qui entrave la croissance du contenu numérique payant? Une étude réalisée par Vindicia & MTM révèle que 74% des cadres de l'industrie citent l'absence de contenu unique numérique comme représentant un défi


< >

Ce nouveau rapport montre que les paiements et la diversification numériques constituent les priorités clés des éditeurs européens

< >

Qu'est-ce qui entrave la croissance du contenu numérique payant? Une étude réalisée par Vindicia & MTM révèle que 74% des cadres de l'industrie citent l'absence de contenu unique numérique comme représentant un défi

< >

Pour Vindicia
Astor Sonnen ou Flora Haslam
Finn Partners
+44 203 217 7060
vindiciapr@finnpartners.com

< >

Vindicia, le   chef de file de la monétisation des services numériques business-to-consumer, a annoncé aujourd'hui les conclusions d'un programme de recherche commandité par la société auprès de MTM visant à explorer les perspectives de l'industrie de l'édition européenne au sujet du développement de revenus directs des contenus, produits et services numériques, en faveur du consommateur. Tandis que la majorité des éditeurs de journaux et de magazines grand public continuent à s'engager à imprimer des produits et à accroître leurs revenus publicitaires numériques, cette étude a montré que les offres, les produits et les services de contenus numériques payants sont considérés comme une priorité stratégique majeure. Cette étude était axée sur quatre marchés clés: le Royaume-Uni, l'Allemagne, les Pays-Bas et la Suède.

L'étude a révélé que, bien que le développement de services payants pertinents demeure un défi, l'industrie a réalisé des progrès considérables: des journaux de qualité supérieure adoptent largement les modèles d'abonnement numériques, tandis que les éditeurs de magazines étudient tout un éventail d'occasions payantes. Les opportunités sont très variables - publisher-by-publisher and market-by-market - mais les entreprises prospères auront besoin de marques de luxe, d'un contenu de qualité supérieure, de plateformes technologiques, de capacités de collecte et d'analyse de données, ainsi que de talents numériques de pointe.

Parmi les conclusions de cette étude figuraient:

  • Un consensus selon lequel les modèles d'abonnement numériques peuvent contribuer à accroître les revenus des éditeurs. Ceci est particulièrement vrai pour les journaux de qualité, dont l'abonnement est payant, les modèles freemium et les modèles payants flexibles qui émergent comme étant des stratégies viables. Les éditeurs offrent généralement du contenu gratuit, dans le but d'accroître le trafic tout en conservant leur portée et réputation éditoriales, et en encourageant la croissance des abonnements par du contenu premium ou à valeur ajoutée, des ventes spéciales ainsi que des offres de lancement.
  • La facturation du contenu numérique en ligne représente un défi. Les cadres de l'industrie ont cité la prolifération de contenu numérique libre (91% des personnes interrogées), une absence de contenu numérique unique (74%), ainsi que des expériences utilisateur de faible qualité et des propositions de valeur (70%) comme étant les facteurs clés faisant obstacle à la croissance des revenus provenant des contenus numériques payants.
  • Il est crucial d'investir. Pour réussir avec les modèles d'abonnement numériques, les éditeurs devront continuer d'investir dans du contenu de qualité, des plateformes technologiques, des capacités de collecte et d'analyse de données, ainsi que des talents numériques de pointe - conservant et développant ainsi des marques et des services appréciés par leurs lecteurs numériques, dont ils satisfont les besoins.
  • Il est moins certain que les magazines grand public permettent d'accroître les revenus provenant de contenus numériques payants. Ceci reflète la nature particulièrement diverse du secteur, l'attrait durable des magazines imprimés, et, dans de nombreux cas, les expériences décevantes avec des éditions numériques ou des copies. Cependant, de nombreux éditeurs de magazines espèrent que le regroupement (le fait de combiner les abonnements à des contenus numériques et d'autres offres payantes) et les plateformes d'agrégation (la vente d'une sélection de contenus conservés, à partir de tout un éventail de marques de magazines) aideront à accroître les revenus de contenus en ligne.
  • Les opportunités de diversification numérique varient. Outre les ventes de contenu numérique, les participants recherchent également des opportunités de diversification numérique, en développant de nouvelles sources de revenus à partir de services premium tels le commerce électronique, les rencontres en ligne, les jeux en ligne et les jeux d'argent en ligne. 62% des éditeurs interrogés considèrent le développement de nouveaux services payants comme une priorité stratégique de premier plan. Il est largement reconnu que le fait de développer des offres porteuses représente un défi. Pour établir de solides relations avec leurs lecteurs, les éditeurs ont besoin de capacités techniques et de développement produit adaptées, d'excellentes compétences en termes de marketing numérique et d'une aptitude à investir sur la durée.

"Des essais avec des paywalls et des contenus provenant d'un abonnement ont été réalisés dès les années 1990. Certaines personnes ayant été déçues par la lenteur des progrès réalisés par l'industrie et parfois mécontents des contenus payants, nous avons souhaité explorer ce qui, selon les éditeurs sur le terrain, va fonctionner ou pas," a déclaré Kevin Cancilla, Directeur Marketing global chez Vindicia. "Avec un consensus selon lequel les modèles numériques peuvent contribuer à accroître les revenus, mais que le fait de facturer le contenu numérique représente un défi, il est important que les éditeurs investissent correctement - en choisissant les meilleures sources de revenus pour leurs marques et en utilisant la technologie nécessaire pour fournir les produits.

"Cette étude montre que les services numériques premium entrent dans une nouvelle période de croissance et de développement," a déclaré Jon Watts, associé principal et co-fondateur chez MTM. "Les éditeurs ont désormais plusieurs priorités clés: développer de solides marques premium, fournir du contenu de grande valeur et des expériences passionnantes aux utilisateurs, utiliser la technologie via des analyses dernier cri, la connaissance des clients et des capacités de marketing numériques," a-t-il poursuivi.

Citations des participants

"Nous avons constaté que les utilisateurs sont davantage disposés à payer s'ils sentent qu'ils bénéficient d'une formidable expérience utilisateur et de l'accès à un contenu exclusif," a affirmé Gadi Lahav, Chef de produit au Financial Times, a déclaré: "Face au contenu payant, nous avons toujours adopté une approche flexible. Le fait de permettre l'échantillonnage du journalisme est une partie importante du processus visant à attirer de nouveaux lecteurs et abonnés, et nous constatons que cette approche de l'accès devient de plus en plus populaire au sein de l'industrie."

"Notre activité a été transformée par le fait de bénéficier de l'accès immédiat à des données pertinentes et à une équipe technique qui peut répondre rapidement. Nous avons bâti un formidable système ascendant et établir une équipe technique porteuse, ce qui en a été l'élément clé," a-t-il ajouté.

"Nous possédons des marques de mode et de style de vie réellement solides, et observons une opportunité majeure de les utiliser pour élaborer des services numériques spécialisés. Ces services doivent permettre d'offrir un nouveau type d'expérience. Ils doivent davantage s'apparenter à un tutorat, à une interaction personnalisée en tête à tête. Ensuite seulement, les gens seront prêts à payer pour en bénéficier," a affirmé Krischan Lehmann, Directeur numérique chez Condé Nast Verlag.

"Il existe deux types de consommateurs d'information distincts en Allemagne. Les utilisateurs du premier type souhaitent uniquement bénéficier de mises à jour d'actualités et ne s'intéressent qu'aux titres des journaux - ce type de contenu est disponible gratuitement et atteint des millions de lecteurs. La meilleure manière de monétiser ces lecteurs est via la publicité. Il s'agit de la méthode ancienne. Le second type d'utilisateur souhaite bénéficier d'aperçus, d'analyses ou d'avis de journalistes plus approfondis. Ils sont disposés à payer pour obtenir un contenu de qualité. C'est la nouvelle méthode. Cependant, les consommateurs du second type sont encore très peu nombreux à ce jour," a déclaré Alima Longatti, Chef du Marketing direct et du CRM chez Condé Nast Verlag.

"Nous sommes persuadés que le numérique va permettre d'accroître les revenus, mais nous n'allons pas assister à une croissance significative au cours des trois prochaines années. La majorité des éditeurs de magazines ne sont tout simplement pas prêts pour cela," a déclaré Stina Abenius, directrice de publication chez Aller Media AB.

"Les paywalls à compteur fonctionnent probablement mieux pour le contenu informatif. Les éditeurs de magazines intéressent leurs lecteurs avec des récits portant sur les sujets qui les passionnent, plutôt qu'à produire d'importants volumes de contenu sensationnel," a affirmé Michel Koch, Directeur de la Commercialisation chez Time Inc. UK. "A condition d'investir intelligemment dans la technologie et de trouver des catégories exclusives offrant des marges élevées, le commerce électronique peut ajouter une valeur considérable à un produit. Cela ne vaut pas la peine de mettre en place une offre de grande diffusion qui ouvre la voie à la concurrence avec des sociétés telles Amazon," a-t-il ajouté.

"La formule par abonnement conviendra parfaitement aux éditeurs de magazines spécialisés. Prenons l'exemple du cyclisme. Il s'agit d'un immense marché et les amateurs de cyclisme seront ravis de payer pour s'abonner à un club ayant pour thème le cyclisme, qui leur offrira l'occasion d'entrer en relation avec d'autres personnes possédant le même centre d'intérêt et leur fournira un accès facile à des équipements et des conseils en matière de cyclisme," a affirmé Michel Koch, Directeur de la Commercialisation chez Time Inc. UK.

"Les gens seront toujours attirés par un contenu de qualité - c'est pourquoi ils consultent notre site Web. En investissant en faveur d'une proposition de contenu solide et différentiée, vous disposerez toujours d'un point de départ positif pour gagner de l'argent via des produits numériques," a déclaré Ronald Bouwman, directeur des ventes publicitaires chez NRC Media.

"Le contenu des magazines, dans sa grande majorité, est un créneau. Les gens acceptent de payer des agrégateurs pouvant servir à merveille des créneaux spécifiques... par exemple, des passionnés de bateau pourraient bénéficier d'un contenu spécifique dans un seul et même lieu, a affirmé Unn Edberg, Vice-président exécutif chez Chef. "Les abonnements seront particulièrement adaptés aux marques capables de bâtir des communautés autour d'une passion ou d'un intérêt spécifique," a-t-il poursuivi.

Le programme de recherche consistait en quatre étapes principales:

1. Une analyse des données de l'industrie relatives aux éditeurs dans quatre marchés européens clés, visant à recueillir des données de base portant sur la connaissance de l'industrie des produits et services numériques payants.

2. Une série d'entretiens approfondis avec des cadres supérieurs de l'industrie de l'édition, explorant les perspectives offertes par le contenu, et d'autres produits et services numériques payés.

3. Un sondage en ligne auprès de cadres, réalisé dans les quatre territoires européens, visant à quantifier leurs opinions des défis et des opportunités que représentent le contenu, les produits et les services numériques payés.

4. Des séminaires destinés aux cadres, organisés à Londres, Amsterdam et Stockholm, afin de débattre de la nature et de la portée des opportunités offertes aux éditeurs.

Cliquez ici pour télécharger le rapport complet.

A propos de MTM

MTM est une société de conseil internationale dans le domaine de la recherche et de la stratégie, dont l'activité est axée sur l'industrie des médias, des technologies, des communications et publicitaire. MTM aide les entreprises à comprendre et à répondre au changement induit par le numérique, en fournissant une connaissance et une analyse primées des consommateurs et de l'industrie, des conseils en matière de stratégie, de croissance et de développement commercial, ainsi qu'un soutien en gestion du changement organisationnel.

Pour de plus amples informations, veuillez visiter www.mtmlondon.com.

À propos de Vindicia

Vindicia , une société Amdocs, a entrepris de transformer la façon de faire des affaires. Aujourd'hui, il est courant d'exiger des moteurs de paiement et des factures. Vindicia croit qu'une plateforme d'abonnement couvrirait ses propres frais. La nôtre le fera. Notre plateforme SaaS résout automatiquement les transactions avortées, ce qui permet de fidéliser davantage les abonnés. En combinant l'analyse d'importants volumes de données, les conseils en stratégie et une technologie exclusive, Vindicia génèrera de nouveaux revenus significatifs. Les consommateurs d'aujourd'hui partagent, stockent, consultent et achètent des marchandises, de toutes sortes de façons inimaginables par le passé - et Vindicia abolit les obstacles entre le consommateur et les marchandises souhaitées. C'est la raison pour laquelle notre liste de clients peut être considérée comme un véritable répertoire des entreprises spécialisées dans les abonnements. Si vous avez besoin d'une solution de gestion complète des abonnements, le choix à faire est Vindicia.

Pour de plus amples informations, veuillez visiter www.vindicia.com.

Copyright © 2017 Vindicia, Inc. Tous droits réservés. Vindicia, le logo Vindicia, Vindicia CashBox, Vindicia Select, ART Advanced Retention Technology et les marques déposées ci-désignées sont les marques commerciales de Vindicia, Inc. aux Etats-Unis et/ou dans d'autres pays. Toutes les autres marques ou noms de produits sont les marques commerciales ou marques déposées de leurs propriétaires respectifs.

# # #

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Copyright Business Wire 2017
© 2002-2017 BOURSICA.COM, tous droits réservés.

Bourse, conseils et informations

Par la consultation de ce site, vous acceptez nos conditions (voir ici)

Page affichée samedi 21 octobre 2017 à 3h23m49