Info, dépêche ou communiqué de presse


société :

EOSTA

vendredi 13 octobre 2017 à 0h50

Le « marchand de légumes radical » Volkert Engelsman en tête de la liste de durabilité


WADDINXVEEN, Pays-Bas, October 12, 2017 /PRNewswire/ --

Volkert Engelsman, directeur fondateur de l'importateur et distributeur de produits frais et biologiques Eosta, occupe cette année la première place de la liste des 100 entreprises les plus durables compilée par le quotidien néerlandais Trouw. Qualifiant l'entrepreneur néerlandais de " marchand de légumes à la vision radicale ", le jury a reconnu l'esprit d'initiative de Volkert Engelsman dans le domaine de l'alimentation et de l'agriculture durables, en particulier dans le domaine de la comptabilisation des coûts réels). 

(Photo: http://mma.prnewswire.com/media/582566/Volkert_Engelsman.jpg )

Eosta, basée aux Pays-Bas, a été fondée par Volkert Engelsman en 1990. Avec des fournisseurs sur six continents et des clients en Europe, aux États-Unis et en Extrême-Orient, l'entreprise est aujourd'hui spécialiste des produits biologiques en Europe.

Depuis 2016, Volkert Engelsman promeut la comptabilisation des coûts réels comme une passerelle vers la durabilité en donnant des discours lors de congrès et d'événements de réflexion dans le monde entier. La comptabilisation des coûts réels est une nouvelle forme de comptabilité qui rend visible le véritable coût des produits alimentaires, y compris les impacts environnementaux, sociaux et sanitaires.

Le jury a particulièrement été sensible à l'engagement de Volkert Engelsmans à rendre concret le calcul des coûts réels, en affichant les chiffres sur les rayons des magasins en Europe et en indiquant les coûts cachés sur les pommes, poires et autres produits biologiques.

Volkert Engelsman a profité de son discours d'acceptation pour appeler à de nouveaux partenariats dans le mouvement durable, en particulier dans le secteur de la finance. Il a déclaré : " De nombreuses institutions financières commencent à se rendre compte que quelque chose ne fonctionne pas dans notre définition du " profit " si ce dernier entraîne la destruction de notre habitat naturel et empoisonne la vie de 90 % de l'humanité, y compris les enfants de nos propres enfants. Le profit n'est pas mauvais en soi, mais il doit être calculé de manière équitable. "

" En tant que mouvement, nous devons aider les institutions financières telles que les banques, les cabinets comptables et les investisseurs institutionnels à commencer à faire de meilleurs choix. Le principal flux de capitaux est aujourd'hui encore dirigé par une définition obsolète du profit, et est tout simplement en train de tuer la planète. "

Une nouvelle définition du profit 

Tout en remerciant les partenaires d'Eosta dans sa récente campagne en faveur de la comptabilitsation des coûts réels, dont la FAO, l'OMS, la NCC, la Banque Triodos, EY et Soil & More, Volkert Engelsman a insisté sur la nécessité de donner aux bénéfices une nouvelle définition qui inclurait des valeurs humaines et écologiques.

En juin 2017, Eosta a publié une étude pilote intitulée " Comptabilité des coûts réels pour l'alimentation, l'agriculture et la finance ". L'étude a débouché sur un tableau de bord pratique permettant aux investisseurs d'évaluer les impacts sur le capital financier, naturel et social. Il a été présenté à Peter Bakker, le président du Conseil mondial des entreprises pour le développement durable, et au pays de Galles à S.A.R. le Prince Charles.

Contact Michaël Wilde +31(0)620-53-50-63 michael.wilde@eosta.com

  http://WWW.NATUREANDMORE.COM

Photo: http://mma.prnewswire.com/media/582566/Volkert_Engelsman.jpg

Photo: http://mma.prnewswire.com/media/582566/Volkert_Engelsman.jpg
© 2002-2017 BOURSICA.COM, tous droits réservés.

Bourse, conseils et informations

Par la consultation de ce site, vous acceptez nos conditions (voir ici)

Page affichée jeudi 19 octobre 2017 à 12h45m43