Info, dépêche ou communiqué de presse


société :

MINISTRY OF FOREIGN AFFAIRS, THAILAND

mardi 8 août 2017 à 13h00

Le ministère des Affaires étrangères de Thaïlande montre le chemin vers la réalisation des objectifs de développement durable


BANGKOK, 8 août 2017 /PRNewswire/ -- La « philosophie de la suffisance » de la Thaïlande est un puissant outil dans la lutte contre la pauvreté, et elle aide d'autres pays à réaliser les objectifs de développement durable des Nations unies, selon le ministère des Affaires étrangères de Thaïlande.

https://mma.prnewswire.com/media/539312/Ministry_of_Foreign_Affairs__resize.jpg [https://mma.prnewswire.com/media/539312/Ministry_of_Foreign_Affairs__resize.jpg]

PAS DE PAUVRETE. Le premier des 17 objectifs de développement durable des Nations unies semble facile à réaliser, mais il s'est révélé énormément difficile à concrétiser. Malgré les progrès réalisés par de nombreux pays au cours des dernières décennies, plus de 3 milliards de personnes, soit la moitié de la population mondiale, vivent toujours avec moins de 2,50 dollars par jour. Et il y a plus désolant encore : un milliard des enfants de la planète restent aux prises avec la misère et les privations. Face à la persistance tenace de la pauvreté, on est en droit de se demander si elle pourra jamais être éradiquée. Beaucoup pensent que si, mais la question demeure : comment ?

Le Royaume de Thaïlande est une nation qui dispose d'une formule éprouvée et efficace dans la lutte contre les privations. Nation de 69 millions d'habitants au carrefour de l'Asie du Sud-Est, « la Thaïlande a réalisé des progrès remarquables dans son développement social et économique ... avec une croissance forte soutenue et une réduction impressionnante de la pauvreté », selon la Banque mondiale. Il y a à peine 30 ans, 67 pour cent des Thaïs vivaient dans la pauvreté. Aujourd'hui, ce chiffre est d'environ 10 pour cent et continue de baisser, et à peine 0,6 pour cent de la population vit dans l'extrême pauvreté. Les investissements et les exportations ont contribué à générer une croissance économique et le développement, mais les responsables thaïs ont également adopté toute une série de politiques visant à distribuer les bénéfices à un plus grand nombre de personnes et à s'assurer qu'ils sont durables. Ce sont ces politiques qui sont fondées sur la « philosophie de la suffisance ».

Elaborée par le défunt monarque constitutionnel de Thaïlande, le roi Bhumibol Adulyadej, la « philosophie de la suffisance » a pour objectif central de réduire la pauvreté et la misère. Le roi Bhumibol a formulé cette philosophie non pas dans le confort de son palais, mais sur le terrain, en travaillant directement aux côtés de pauvres villageois aux quatre coins de son royaume, et ce pendant plusieurs décennies, à faire des recherches, des expérimentations, à travailler par tâtonnements pour découvrir ce qui fonctionne, et avec la participation et les informations en retour des villageois eux-mêmes.

« La "philosophie de la suffisance" place l'humain en son sein, elle s'attache au bien-être plutôt qu'à la richesse, elle met la durabilité au coeur de la réflexion, elle comprend la nécessité de la sécurité humaine et se concentre sur le renforcement des capacités des personnes afin qu'elles développent leur potentiel », explique Joana Merlin-Scholtes du Programme des Nations Unies pour le développement.

De nombreux principes de cette philosophie ont fait l'objet d'expériences pilotes dans plus de 4 000 projets de développement royaux et 8 000 villages modèle de suffisance. Les projets pilotes qui se sont révélés efficaces ont souvent été retenus et mis à l'échelle par les pouvoirs publics afin d'amplifier leurs bénéfices et de les élargir à davantage de personnes dans tout le pays, selon le ministère des Affaires étrangères.

Dans son approche, cette philosophie allie connaissance et vertu : plausibilité, modération et décisions prudentes sont les préoccupations centrales. Dès lors que l'économie thaïlandaise a pris son essor avec une forte composante d'exportations agricoles, de nombreux agriculteurs se sont lancés dans la monoculture afin de réaliser un bénéfice aussi élevé que possible. Or, lorsque les forces du marché hors de leur contrôle ont entraîné l'effondrement des prix, ils se sont retrouvés dans les dettes et sans assez de nourriture. Cette situation a convaincu de nombreux agriculteurs à essayer la « philosophie de la suffisance ». Ils ont commencé à cultiver des légumes, à élever des poulets et des poissons, et à réduire leur dépendance vis-à-vis d'une seule culture. Les agriculteurs qui se sont diversifiés ont été en mesure de résister aux chocs économiques qui ont suivi et d'améliorer le cadre de vie de leur famille.

Ces mêmes principes peuvent être appliqués à de nombreux domaines : le monde des entreprises, les pouvoirs publics, et même la vie dans son ensemble. Les nations qui pratiquent une gestion prudente de ressources naturelles de plus en plus rares, et qui encouragent plutôt que de réprimer la diversité dans leur société et leur économie, découvrent rapidement qu'elles disposent du capital humain, de la richesse et de l'innovation pour survivre et prospérer dans un monde de plus en plus imprévisible.

On ne devrait dès lors pas s'étonner qu'une approche pratique du développement durable existe dans un pays relativement petit qui ne compte pas parmi les grandes puissances économiques mondiales. Car c'est souvent dans les petits pays en voie de développement que les effets négatifs de la mondialisation se font sentir et présentent les plus grands défis.

Dans l'esprit de camaraderie avec toutes les nations et les pauvres du monde entier, la Thaïlande partage ses connaissances et son expérience de la « philosophie de la suffisance » avec tous ceux dans le besoin. Le monde entier salue la contribution de la Thaïlande. « Il est nécessaire d'adhérer à la "philosophie de la suffisance" pour réaliser les objectifs de développement durable dans tous les secteurs essentiels », ajoute Amina Mohamed du ministère des Affaires étrangères du Kenya. Jusqu'à présent, les représentants de 105 pays ont participé à des séminaires et des formations sur la « philosophie de la suffisance ».

Pas de pauvreté, le premier objectif de développement durable, n'est peut-être pas si simple à réaliser, et il faudra du temps pour le concrétiser. Cependant, la Thaïlande est de ces pays qui pensent que cela est possible. Et elle continuera à partager sa « philosophie de la suffisance ». Parce que ceux qui vivent dans la misère et le besoin ne peuvent tout simplement pas être oubliés.

MINISTERE DES AFFAIRES ENTRANGERES
Tél. +662 203 5000

Photo - https://mma.prnewswire.com/media/539312/Ministry_of_Foreign_Affairs__resize.jpg [file://10.86.178.61/TempXE/1907258-1-4_Proof_files/Ministry_of_Foreign_Affairs__resize.jpg]

Photo: https://mma.prnewswire.com/media/539312/Ministry_of_Foreign_Affairs__resize.jpg
© 2002-2017 BOURSICA.COM, tous droits réservés.

Bourse, conseils, infos et forums

Par la consultation de ce site, vous acceptez nos conditions (voir ici)

Page affichée vendredi 18 août 2017 à 5h10m39